Le Problème ? C’est la solution

Quand on pense systémique, on part de l’hypothèse qu’un système (ensemble d’éléments qui interagissent et ayant un ou plusieurs buts plus ou moins exprimés), cherche surtout à conserver certaines de ses caractéristiques. Par exemple, l’un des buts d’un système peut être de rester en vie. Et pour ça, il est prêt à tout faire et entrainé à changer certaines caractéristiques sans douleur. D’un autre côté, il a développé de fabuleuses tactiques et s’est entraîné à ne pas changer. 

Certaines tactiques, cependant, ont des inconvénients, ne sont pas socialement acceptées, voire génèrent de la souffrance et on va dire : « Il y a un problème ! ». « Ah non, désolé dira le coach systémique, c’est une solution ! »

Un exemple : Le département qualité et le département développement ne s’entendent pas, ils se disputent et tout le monde perd du temps. 

C’est la solution à quoi ?

Eh bien, à partir du moment ou cela perdure et semble compliqué à résoudre après plusieurs tentative (en général, des tentatives bien en ligne avec une pensée linéaire) et bien : c’est une solution pour le système.

Donc, si vous êtes consultant ou coach ou doudou d’entreprise, lorsque vous tentez de résoudre ce problème, le système va vous appeler à ne pas résoudre le problème.  Et ses tactiques sont très efficaces. Par exemple en vous saturant d’informations et de ouï-dire dès vos premiers pas dans l’entreprise, en vous donnant la piste du bouc-émissaire…Nul doute que vous allez accepter lorsque la direction vous demandera de faire des interviews pour bien cerner le problème…. Aïe, première peau de banane « Homéostasie mon amour…. »

Pour contester massivement en toute bienveillance ce qui vient d’être dit, venez à ma formation : Introduction à l’approche systémique

François SALAZAR

A propos de François SALAZAR

François, accompagnateur de changement, coach systémique